Les difficultés scolaires et d’apprentissage

difficultés scolaires, manque de concentration, manque d'attention, devoirs, phobie scolaire, marseille, corinne sarazin

(Cliquez sur les mots en vert pour plus d’informations.)

Si le comportement de votre enfant vis à vis de sa scolarité change:

  • qu’il ne travaille pas en cours, 
  • qu’il refuse ou rechigne à aller à l’école, 
  • que les devoirs sont un calvaire, 
  • qu’il perturbe la classe,
  • qu’il est incapable de parler devant les autres,
  • qu’il est démotivé ou bien stressé… 

il a certainement besoin d’être aidé pour passer ce cap.

Ce que je vous propose est plus du coaching pour enfant et adolescent que du soutien scolaire proprement dit. Le but n’est pas qu’il rattrape ses lacunes accumulées mais qu’il se sente capable d’y arriver.

En effet, au fil du temps, les difficultés scolaires augmentent tandis que sa confiance et sa propre estime s’estompent. Et moins il a confiance, plus il a de problèmes d’apprentissage…

MON ACCOMPAGNEMENT

Il s’adresse aussi à l’enfant ”DYS”, TDA/H, hyperactif, EIP ou surdoué,… Il vise à valoriser l’image qu’il a de lui-même. Chaque séance aura pour but de

  • Enlever les blocages qui l’empêchent de réussir. 
  • Gérer son stress.
  • Rester le plus calme et attentif possible en cours.
  • Trouver la motivation qui le pousse.
  • Qu’il se rende compte de ses capacités,
  • donc gagner en confiance en lui.

Ce n’est qu’en se sentant capable qu’il acceptera de se mettre au travail. 


LES POSSIBLES RAISONS

En maternelle la séparation est le plus souvent le début des soucis. Il se peut que l’arrivée d’un bébé, une séparation, une mauvaise ambiance familiale ou la maladie d’un proche inquiètent le petit et l’empêchent d’être serein (ce qui est valable pour tous les âges). Cette première approche peut expliquer ses difficultés scolaires. Pour certains, c’est en primaire que commencent les problèmes. Le manque de confiance en eux est responsable de résultats médiocres ou d’attitude passive. Puis on passe au collège, où on découvre le monde des plus ”grands” et l’autonomie…

En tant que parents vous êtes alors confrontés à de nouvelles attitudes: la pré-adolescence suivie de l’adolescence. De nouvelles façon d’être et de faire de la part d’enfants qui jusque là travaillaient correctement peuvent vous déstabiliser ou vous laisser désemparés. 

Il est important de savoir que très souvent, c’est leur inconscient qui manifeste un besoin à travers leur comportement. En effet, tout élève a envie de réussir sa scolarité. Si ce n’est pas le cas, il faut en chercher la raison.

DES CAS PRATIQUES

La liste qui suit ne sont que des exemples car chaque enfant est différent. 

  • Un enfant sensible qui a ou qui a eu une mauvaise relation avec un enseignant peut faire preuve d’un manque d’investissement. 
  • Une forte pression de sa part ou celle de ses parents. S’il n’est pas sûr de réussir, il fait en sorte inconsciemment de ne pas être confronté à l’échec. Passer pour un cancre ou fainéant est moins grave pour lui que de risquer d’échouer.
  • Avoir un frère ou une soeur très brillante… se sent-il capable de réussir aussi bien?
  • Ou avoir un frère ou une soeur moins brillant(e) que lui… Il peut s’attacher (inconsciemment) à rester à son niveau par loyauté ou solidarité.
  • Si un membre de la famille demande beaucoup d’attention, il peut taire ses problèmes pour ne pas ”déranger” plus les parents.
  • En résumé, les raisons des problèmes scolaires sont les mêmes que ceux du comportement.
  • De plus, peu de personne le savent, mais des troubles graphiques peuvent être le départ d’une scolarité difficile. En effet, si écrire est laborieux (surtout en primaire), l’élève renoncera rapidement à faire des efforts pour si peu de résultat. Par contre, il sera certainement bon à l’oral. Pour les plus grands, le fait de ne pas pouvoir retranscrire lisiblement et rapidement les pénalise. Quand ils prennent leur temps c’est correct mais plus dès qu’ils accélèrent. Difficile donc d’être évalué à leur juste valeur, ce qui entraîne une démotivation. Le livre ”100 idées pour accompagner les enfants dysgraphiques” d’Elise Harwal pourra peut-être vous être utile.

CONCRETEMENT

Vous avez compris que prendre en compte les émotions est primordial pour que l’esprit de l’enfant soit disponible pour l’apprentissage.

J’emploie pour cela l’ Hypnose, l’ EFT et les mouvements oculaires, des outils rapidement efficaces que les jeunes apprécient particulièrement. Ils se rendent compte qu’une solution existe pour eux. Je leur apprends comment se servir de ces outils. Aussi bien pour renforcer le travail fait en séance, que dans des cas de stress (évaluation, prise de parole, doute, etc.). La scolarité et l’apprentissage deviennent plus faciles.

INFORMATIONS SUR LES SEANCES EN LIGNE

50 € la séance

corinne sarazin - prendre RV en ligne